AG des personnels du mardi 3 février 2009

De AG_Lille1.

AG des personnels du mardi 3 février 2009

Premier point: AG des composantes de la matinée du mardi 3 février

Restitution des réunions ayant eu lieu dans les composantes:

  • IUT (B.Beaufils): environ 50 participants, vote pour reconduction grève jusqu'à jeudi
  • Physique (J.Riedi): environ 30 participants, vote de motions, et pour grève reconductible
  • IEEA (Hélène Delcourte): env 70 participants, vote pour la grève
  • Maths (G.Castellan):env 30 participants, vote pour grève les 5-10 et 13 février. Et propositions d'actions vers l'extérieur: distrib polys sur grand place, cours hors des locaux (dans le métro, etc...)
  • FSES (R. Sobel): env poursuite grève administrative jusqu'à retrait décret + grève active ciblée 5 et 10 février. AG FSES le 9/2.
  • Chimie (Ph Supiot); env ??participants. Réflexion sur place du serv public d'ens sup et de rech, et sur attachement porté à son fonctionnement au service de tous. Proposition affichage sur métro de la grève+action sur grand place= destruction symbolique de nos outils de travail
  • Biologie (C.Vuylsteker): Plus de 50 collègues malgré convocation tardive. Explication des revendications nationales (budget, emplois, statuts, mastérisation) et nouvelles du mouvement, Echanges sur les projets (masterisation, statuts) sur les suppressions d'emplois. Contre une logique purement économique, Méconnaissance des missions de l'université qui entraîne des modes d'évaluation non pertinents des personnels, de la formation et de la recherche, de répartition des budgets et emplois (réussite aux examens indépendamment de la qualité des maquettes, classement de Shangai et non projet de recherche, ...).Risque de destruction du mode de travail collectif par une fuite en avant individualiste. Mise en concurrence entre établissements du secteur public (LRU) et entre personnels (statuts).Cercle vicieux: Privatisation rampante des établissements via recours à des frais d'inscription en hausse, ou dégradation de l'enseignement (économie dans les maquettes) qui de fait poussera les bacheliers vers les établissement privés payants. Les collègues s'expriment en faveur d'une grève totale (sans rattrapage) mais centrée sur une journée. Des actions visibles : dépôt de blouses dans la manifestation pour frapper le public (à l'image des dépôts de chaussures...), lancés d'avions fait avec des copies vierges.

Sera proposé à l'ensemble des collègues de biologie un questionnaire par mail : - pour ou contre la Loi LRU - pour ou contre le projet de décret en centrant sur l'évaluation par nos pairs élus (CNU) pour la carrière – pour ou contre la politique des emplois (accent mis sur les postes BIATOSS qui nous manque le plus et la précarité parmi les contractuels) – pour ou contre la grève: permettant de recenser les grévistes.

  • Géographie (S.Delmer): env ?? : rétention de notes (sans communication aux intéressés) + pas de jury. vote motion contre réformes avec propositions alternatives+grève reconductible chaque jour. Ag avec étudiants le 4/2. Non remontées maquettes master de formation d'enseignants
  • Polytech (C.Bornais): 26 participants, pas de vote, débat sur cadre général de l'origine des pb et revendications concernant tous les personnels, pas seulement EC. Proposition action péage sur campus “université en recherche de fonds”

Deuxième point: Coordination des Universités du 2 février

Restitution de M.Dressen présent à la coordination des universités du 2 février. 196 délégués venus de 54 établissements dont BIATOSS, les étudiants représentés via syndicats. Introduction de M Pichand (vérif nom?) Paris 4 qui accueillait la coordination condamnant l'attaque contre l'indépendance des universitaires et le bureaucratisme grandissant. Bilan: succès du 29 Janvier, 31 janvier première coordination nationale des IUFM, débats dans la coordination sur l'étendue des revendications: certains se cantonnent au projet de décret et à la masterisation des filières d'enseignement, d'autres entendent s'attaquer à la base des ces réformes: remise en cause des services publics et pour les universités la loi LRU. – Lecture des [trois motions votés par la coordination]

Troisième point: Prises de paroles et débats

B.Maitte: retour sur la mastérisation: maquettes demandées pour le 31 décembre. Faire une réforme en 1 mois et demi, c'est stupide. Mainteannt on ne donne jusqu'au 15 février. Certaines universités s'apprêtent à faire remonter les schémas de Master. C'est la preuve qu'il n'y a plus de volonté d'avoir des diplômes et concours nationaux. Ne pas transmettre les maquettes ! Position à tenir: la non remontée des maquettes, refus de la date butoir ministérielle du 15 Février 09. B Maitte lit une partie de la lettre de V Pécresse aux Présidents des universités parisiennes qui avaient refusé de remonter les maquettes. On parle de passer de formations qui n'étaient pas des diplômes nationaux sans garantie de qualité de formation, à la possibilité pour le ministère de l'éducation selon des modalités dont lui seul décide de « détecter de bons enseignants potentiels... ». C'est clairement la fin des concours et l'arbitraire pour le recrutement des futurs enseignants. Que vont devenir les concours d'enseignement (CAPES et Agreg) ? Si les études ne sont pas pareil. Régionalisation des CAPES, et sûrement maintien des agrégations.

M.Nait: il est important d'avoir des actions communes pour avoir une visibilité locale et nationale. Débat par des AG sectorisés qui prennent des votes sur la poursuite de tel ou tel mouvement. A mon sens le seul endroit légitime au sens du mouvement, c'est ici. il faut que les ens-ch prennent leurs responsabilités et ne se mettent pas derrière les étudiants comme l'année passée. Le plus important est de convaincre nos collègues enseignants-chercheurs. C'est le service public dans sa globalité qui est touché. Il manque la question des étudiants en grande précarité (conditions matérielles d'accueil). C'est la mise en place de la LRU qui nous a amené à cette situation et il faut donc dénoncer cette loi.

Jriedi: ne pas diviser le mouvement, il n'y avait pas de problème sur ce point ce matin (ie. dans les AG des composantes).Le gouvernement confond la collégialité et le copinage. L'évaluation par les pairs est fondamentale. A partir du moment où l'on met les personnes en compétition ce système ne peut plus fonctionner. Proposition: acceptons les articles et éditeurs mais envoyons les au Ministère puisque nous ne sommes plus capables de nous auto-évaluer.

JM Nicolas: question des mobiles de la grève pour les personnels non enseignant. Des sous pour les salaires, car pour les BIATOS c'est indécent. Il n'y a pas de honte à demander des hausses de salaires.

N Hautequette: les étudiants sont considérés comme une punition (puisque les mauvais chercheurs auront à faire plus d'enseignements).

F. Hoogstoel: inquiet sur la manière dont va finir cette mobilisation ? Mr Chérèque interrogé ce matin sur RTL: la CFDT n'a pas appelé à cette grève, c'est le 2ième syndicat représentatif du sup, c'est un problème de communication. Demande à ce que l'on dénonce la CFDT et que l'on refuse qu'elle nous représente pour signer quelques documents que ce soit. On nous rabat les oreilles avec le classement de Shangaï, il a été prouvé que c'est une ineptie. Signer les articles avec “Universitaires du monde”.

Collègue de l'IAE: ce qui a déclenché les AG, c'est quand même la réforme du statut. On comprend rien à cette réforme. Si on pouvait poser les enjeux clairement pour les collègues, on arriverait peut-être à les motiver. mon impression c'est que l'on se dirige vers un “CNE”, inapplicable: le jour où vous serez rétrogradés il y aura toujours le tribunal administratif car les critères sont différents selon les disciplines par exemple.

P.Suret: dangereux de mettre le doigt dans une modulation des services même avec un encadrement national, à potentiel d'encadrement constant, car le critère que les moins bons en recherche deviendront des enseignants biaisera les recherches. Exemple du facteur H, publier plus, se mettre en réseau pour être cités. Quelque soit les critères on arrivera mieux à y répondre mais cela sera au détriment de la qualité de la recherche. Il existe déjà des modulations (délagations CNRS), il faut en obtenir plus, pour n'avoir que des modulations à la baisse.

A.Imad: LRU mise en place avec une majorité écrasante des présidents d'universités et de la CPU. changement de décor, ces présidents s'inquiétent. Qu'est-ce que l'on veut ? La LRU c'est l'origine du mal dans nos universités. Nous sommes les ens-ch, les BIATOS et les étudiants. Les BIATOS sont déjà touchés, 300 précaires soit 1/3 des personnels. Le CA a voté des licenciements de 8 BIATOS (et 3 MCF cf. repyramidage). Les ATER sont en précarité, les étudiants aussi. Vous allez accepter la précarité dans les universités, pire, vous allez la gérer. Moi je souhaite que l'on fasse la grève ensemble, personnels et étudiants. Il faut abroger cette loi (LRU). Sur les actions, la manifestation de jeudi est nécessaire. Il est logique qu'il y ait grève jusqu'à jeudi pour préparer la manifestation.

J Lemière: choses au coeur de nos préoccupation en FSES qui essayait de tirer le bilan des mouvements précédents. expérience du risque d'une université qui se vide. je ne pense pas pour ma part qu'il y ait intérêt de l'AGP par rapport aux AG de composante, car c'est là que l'on peut impliquer les collègues et étudiants. pense pas qu'il soit contradictoire d'avoir des débats dans les composantes. travail partagé de réflexion sur ce qu'est l'université. on dit ce qu'elle ne doit pas être, il est plus difficile de ce qu'elle doit être. faire en sorte que les modes d'actions soient mesurées et que l'on puisse créer des espaces de réflexion.

JP Lievin: sur la visibilité, ne pas adopter une stratégie décousue. vote d'une grève avec une inscription dans la durée (pour la semaine) car pour développer des actions envers les collègues il faut du temps. les collègues ne voulaient pas une grève perlée, car on se dépêche de rattraper le travail non fait. ex des états pour les vacataires et vos dossiers de promotion: ne les envoi pas. l'université s'arrête, elle s'arrête complètement. A force de faire des exceptions, on effrite le mouvement. il faut s'engager très clairement dans la totalité des aspects de nos fonctions. Partisan d'un message clair, refuse globalement le projet du gouvernement et leur crise nous ne voulons pas la payer avec les finances de l'université. c'est par l'éducation que passe la démocratie et la “vie” économique. il faut que l'on se prépare à durer. et faire grève sur tous les aspects de notre métier.

S. Rousseau: pense que cela serait une erreur d'appeler les étudiants à la grève. soit ils nous rejoignent et cela a plus de poids, soit ils décident de ne pas rejoindre et on doit défendre seuls notre université. Sinon, cela donnerait des armes à nos contradicteurs.

Ph Bon: organismes sont en train de se faire démanteler. pose le problème des vacataires qui ne sont pas payés. mettre en place des caisses de grèves pour les vacataires, et les personnels ITA et précaires dont on décompte les les jours de grève.

Quatrième point: Décisions et votes

Après quelques palabres sur la nécessité ou non d'un 1er temps pour vote sur principe d'une grève sur la semaine et ensuite sur les modalités, on vote finalement sur:

Grève totale ACTIVE reconductible jusqu'à la fin de la semaine Vote: Pour: 231, Contre: 6, Abstention: 6.

Lecture des propositions d'actions de la coordination:

  • distribuer dans les amphis des tracts et informations est une nécessité pour que cela s'arrête partout.
  • Les maquettes devraient partir de Lille I, il faut qu'elles ne partent pas.
  • Appeler à des AG de composantes pour organiser les actions au niveau des composantes: informer davantage et solliciter les collègues. organiser des prises de paroles dans Lille (gares, Grand Place)

Il faut que derrière ces décisions il y ait des personnes. pour chaque proposition on met au vote et on identifie les porteurs.

Discours à tenir à l'extérieur, il faut que l'on change l'image de l'université qui est totalement négative pour l'instant. Expliquer pourquoi Shangaï c'est de la foutaise. Expliquer ce qu'est la défense du service public, ce qu'est concrétement la LRU.

réactiver le site: www.ag-personnels-lille1.fr

Point central: amphi archimède rdv à 9h tous les matins.

Outils personnels