AG des personnels du vendredi 13 février 2009

De AG_Lille1.

AG des personnels du vendredi 13 février 2009

Sommaire

début AG 10h15

Informations

Un point sur la coordination nationale des universités du 11 février est fait par nos délégués:

  • F Hoogstoel retient une forte mobilisation (plus du double des délégués présents lors de la dernière), une relative mollesse de l'avant projet de motion 1 qui ne retenait que le retrait du projet de mastérisation et de décret E-C. Suite à la pression venant des délégués, il fut ajouté, non pas l'abrogation de la loi LRU (comme souhaité dans le mandat Lille 1) mais tout de même une demande « d'une autre loi ».
  • JM Nicolas précise que par contre, la revalorisation salariale n'a pas été retenue bien qu'émise comme revendication conformément au mandat de l'AG de Lille1; le combat pour faire référence à une autre loi ayant occupé la majeure partie des débats. La majorité des délégués est sur nos positions.
  • A. Imad retient que la présence de délégués issus de 77 universités est un gage de la représentativité de cette coordination nationale. Le mouvement se durcit et les revendications s'élargissent. Il parle de l'appel à faire du 19 février une journée nationale avec convergence Éducation de la maternelle au supérieur). Lors de la prochaine coordination le 20 février sera mis en question l'appel à la démission des fonctions administratives.
  • S Rousseau tend à modérer le caractère radical de la coordination mais note que le ralliement de nombreux présidents d'université (20 ou 30 à vérifier) à l'appel de la Sorbonne du 9 février est un bon signe.

Sur la rencontre de concertation entre la médiatrice nommée par V Pécresse, les organisations syndicales, la CPCNU, ... Une concertation sans retrait préalable du projet de décret! C. Suquet fait remarquer que le SNESUP-FSU ne s'y est pas rendu et que la présence de la CPCNU est à l'initiative de son seul président, présence même silencieuse dénoncée par nombreux bureaux de section CNU.

Convergence au sein de l'éducation: C. Séguinot informe l'AG que, suite au mouvement en cours au Lycée Queneau de Villeneuve d'Ascq contre la suppression de 11 postes d'enseignants, une rencontre a eu lieu à l'Hôtel de ville de V d'Ascq et que, suite à l'invitation de collègues du SNES, C Séguinot a participé à la réunion.

Promesse de dons: En réponse aux inquiétudes de personnels Biatoss et ITARF quant à la possible retenue de salaire suite au zèle de certains directeurs d'UMR, C. Suquet propose de mettre en place une caisse de grève. En l'attente d'un recensement exhaustif des cas, cela pourrait prendre la forme d'une simple promesse de dons. Le versement se ferait au prorata des besoins et des engagements individuels. C. Suquet se propose d'être le référent pour la mise en place de cette opération.

AG Parisienne CNRS: Une collègue du CNRS nous fait part des motions des appels à boycott de la participation aux évaluations ANR, AERES et des comités mixtes de sélection pour les chaires d'excellence. Le CA du CNRS sera bloqué.

Actions

C. Vuylsteker liste les actions suivantes:

  • Dès vendredi 13 février 13h rectorat, cérémonie de non remise de maquettes de masters devant le rectorat.
  • Lundi 16 février: grève et manifestation académique (intersyndicale CGT, FSU, SNETAA-EIL, Sud Éducation, CNT) Porte de Paris 14h30, départ groupé Lille 1, 13h30 devant le M1. De la maternelle au supérieur. Journée programmée avant l'appel de la coordination nationale des universités. Contre la suppression des postes, pour le respect des personnels non titulaires, le respect des missions de service public d'éducation, pour la revalorisation des salaires,
  • Jeudi 19 février: journée nationale d'action suite à l'appel de la coordination nationale des universités avec manifestation Porte de Paris 14h30.
  • Vendredi 20 février: réunion de la coordination nationale des universités.

Ce dernier point nécessite de réunir une AG mardi 17 février en vue de la désignation des délégués de Lille 1 et du vote de leur mandat. La demande des étudiants en vue de rendre cette AG commune sera soumise au vote de l'AG.

  • Cours hors les murs: P Boulet fait connaître la tenue d'un cours d'informatique Lundi 16 février 10h30 Place de l'opéra, Lille et appelle les personnels et étudiants à y assister.
  • R. Stoica fait savoir à l'AG qu'il a réalisé un cours de mathématiques dans un café de Wazemmes et que l'expérience est positive et suscite l'intérêt des passants. De telles initiatives en sociologie sont notées. Une proposition de centralisation des demandes d'accès à des lieux tels que MJC, théâtres, maisons folies... est faite par S. Rousseau (envoi d'un mail à sandrine.rousseau@univ-lille1.fr).
  • H. Zeghlache cite l'opération de doctorants de physique qui animeront la Grand Place de Lille avec des expériences de physique mercredi 18 et samedi 21 février : appel est fait aux personnels et étudiants d'y assister pour soutenir cette initiative et la décliner sur d'autres disciplines.

Plusieurs membres de l'AG s'expriment, par contre, contre des opérations à caractère inutilement provocateur sur des lieux tels qu'une église... Cela pourrait se retourner contre le mouvement.

Sur la question du principe d'AG étudiants-personnels, P. Suret se demande si la date n'est pas prématurée et s'il ne faut pas attendre que le mouvement étudiant se structure suffisamment. C. Lhoussaine prévient l'AG contre les discours paternalistes qui ont nui aux mouvements passés. A. Imad rappelle que la coordination nationale appelle à un rapprochement avec les étudiants et qu'il ne faut pas rester fermé à cette idée même si la maturité du mouvement étudiant est nécessaire.

Boycott des comités de sélection: Un blocage pourra être fait en ne remontant pas la composition nominative des membres des comités de sélection.

Vers un relais politique: Une proposition est faite d'utiliser nos réseaux d'élus politiques pour réussir à obtenir un relais nécessaire en vue de l'abrogation de la loi LRU. Relais qui nous a fait défaut en 2007.

Vote reconduite de la grève et prochaine AG

C Vuylsteker propose un débat avant le vote de la reconduite de la grève en précisant que déjà deux dates importantes d'action nécessitent une grève pour y participer (Lundi 16 et Jeudi 19 Février). Il reste à trancher entre une grève sur l'ensemble de la semaine ou seulement sur ces journées d'action.

M. Nait-Abdelaziz précise d'emblée que la grève administrative (non transmission des notes en vue de la tenue des jurys) doit être prolongée.

JP Liévin indique que l'enjeu d'une grève partielle est faible car visiblement, il ne reste que deux journées qui pourraient faire l'objet d'une levée de la grève. Selon lui, essayer de reprendre de façon perlée les cours ne permettra pas d'obtenir un nouveau calendrier universitaire permettant un rattrapage des cours même s'il reconnaît les inquiétudes générées par un mouvement en ordre dispersé selon les composantes et les enseignements.

B. Mortain note que de nombreuses composantes ayant voté en faveur de la grève totale n'arrivent pas à la tenir réellement sur le terrain. Passer à une grève partielle n'est pas un signe de faiblesse si cela permet de s'inscrire dans la durée.

B. Maitte précise que les rapports de force ne sont pas encore clairement établis. Il y a des hésitations. Cela se voit sur la question au sien du PRES, de la remontée des maquettes de masters d'enseignement. Il faut donc continuer le mouvement.

B. Beaufils pense qu'il ne faut pas se tromper; au-delà de la question de la grève totale ou non, l'important est d'être dans l'action et de la participation du plus grand nombre.

P. Suret met en garde sur le mauvais signal donné à l'extérieur d'un repli sur une grève partielle.

B. Ceurstemont intervient en notant qu'en 1h30 d'AG, il n'y a eu aucune intervention sur les revendications des personnels Biatoss et considère cela comme un symptôme inquiétant alors que l'on affirme vouloir élargir le mouvement. JM Nicolas répond que les délégués à la coordination nationale ont défendu l'ensemble des revendications dont celles présentées en faveur des personnels Biatoss (revalorisation des salaires, lutte contre la précarité). L'absence d'intervention lors de cette AG n'est pas le signe d'un désintérêt mais le reflet d'une AG majoritairement formée de personnels enseignants et enseignants-chercheurs plus habitués à s'exprimer en public que les personnels Biatoss.

À 11h30, C. Vuylsteker demande de passer au vote car la cérémonie de non remise de maquette débute à 13h. Il propose de soumettre au vote les deux options grève sur deux jours ou grève sur la semaine en réponse aux prises de paroles partagées sur cette question. Suite à de nombreuses expressions contre cette proposition, est mise aux voix d'abord l'option de la grève jusqu'au 20 février inclus. C Vuylsteker propose de faire voter en second l'option grève les journées d'action en cas de non recueil d'une majorité de voix sur la première version.

La reconduction de la grève totale jusqu'au 20 février inclus est adoptée: 211 voix pour, 15 contre, 12 abstentions, et 32 Ne prend pas part au vote (étudiants présents dans l'AG).

Le principe d'une AG commune étudiants-personnels mardi 17 février à 10h M1 archimède est adopté par 212 voix pour, 4 contre, 22 abstentions et 32 Ne prend pas part au vote (étudiants présents dans l'AG).

Un appel à candidature pour la délégation Lille 1 à la prochaine coordination nationale des universités est lancé pour une désignation mardi 1er février en AG.

Fin de l'AG 11h50.

Outils personnels