Situation internationale

De AG_Lille1.

Version du 23 novembre 2009 à 18:02 par Hoogstoe (Discuter | Contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Situation internationale

Sommaire

 nouveau***Consultez [le site allemand de la carte des mobilisations universitaires en Allemagne, en Suisse et en Autriche en ce mois de novembre 2009]. Attention : cette carte ne mentionne pas toutes les mobilisations universitaires en Europe, comme celle qui ont lieu en Espagne par exemple. Elle mentionne par contre certaines mobilisations aux Etats-Unis.

Ci dessous, pays par pays, impact de la crise économique sur les universités et la recherche, pour vérifier si "L'autonomie, ça marche !", selon V. Pécresse, LCI 6 Mars 2009.

États-unis d'Amérique

L'Université d'Harvard [1ere au classement de Shanghaï 2008. n.d.a.] a perdu 8 milliards de dollars ces quatre derniers mois, soit 22 % de ses fonds capitalisés, et la perte devrait se poursuivre pour atteindre 30 %. En conséquence, les salaires du personnel de sa plus importante faculté (Arts et Sciences), ont été gelés, les embauches suspendues et le budget diminué de 20 millions de dollars. De nombreuses autres universités sont touchées. Duke doit réduire sa taille et ses effectifs de 20 %. La Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology prévoit une baisse de 30 % de la valeur de ses fonds. Stanford va réduire son budget de 13 % et réduire ses effectifs. Yeshiva a perdu 110 millions de dollars suite à l'affaire Madoff. La plupart des universités américaines, après s'être livrées à une compétition de la performance avant la crise, doivent faire face à d'énormes pertes. Leur financement reposant sur les intérêts produits par les fondations, et la majorité de ces fondations ayant investi dans des produits financiers à risques, les pertes sont en moyenne de 30 %.
Source : [1]

Ivy League (réseau d'Universités privées)

  • 27 février, L'Université Cornell (Ithaca, NY) va licencier 1.300 personnes. La diminution de la dotation entraîne des coupes budgétaires. L'Université Cornell propose une retraite anticipée à environ 1.300 salariés pour faire face à la diminution des dotations. L'Université a annoncé vendredi que les employés agés de 55 ans ou plus avec 10 ans d'expérience ou plus à Cornell sont éligibles pour le paiement d'une prime pour leur départ en retraite anticipée accompagnée d'une contribution spécifique à leur plan de pension, suite de l'article ...
  • 26 février, Administrateurs de Yale (Connecticut): les licenciements sont confirmés. Alors que leurs situations semblaient stables il y a seulement quelques mois, certains personnels seront licenciés afin d'équilibrer le budget opérationnel de l'Université Yale, selon les administrateurs. Du fait que le président Richard Levin a notifié mardi des réductions sur les salaires de 7.5% (au lieu des 5% annoncés en décembre), des licenciements sont prévus dans certains départements, suite de l'article ...
  • 9 février, 60 postes seront supprimés à Dartmouth. L'Université (college) Dartmouth du New Hampshire, la plus petite de l'Ivy League, va licencier 60 de ses 3.300 employés non enseignants du fait de la baisse de sa dotation causée par la crise économique ... L'Université va augmenter les frais de scolarité de 4%, pour atteindre 49.974 dollars (!) par an, à partir de septembre prochain, suite de l'article ...

Universités d'État et "Community Colleges"

  • 22 mars, Enseignement supérieur: nécessité d'une flexibilité sur les frais de scolarité. Pour de nombreuses personnes, les Universités sont au mieux quand elles offrent des petits groupes d'étudiants et d'excellents professeurs. D'autres définissent les grandes Universités comme des sources d'idées nouvelles et de travailleurs hautement qualifiés. Les onze Universités publiques de Floride sont diverses. Cependant, nous pensons qu'elles doivent respecter toutes les attentes de l'état, suite de l'article ...
  • 7 mars, Les Universités de Caroline du Nord (UNC) annoncent des suppressions d'emplois et de formations. L'UNC devrait faire face à la suppression de plus de 1.600 postes, à l'annulation de centaines de cours et à la diminution des créneaux d'ouverture des bibliothèques du fait de la récession. Les dirigeants de l'UNC ont indiqué vendredi que la diminution prévisible de 7% de leur budget aurait des conséquences douloureuses. Ils ont averti qu'ils perdraient 1.679 emplois, dont 660 postes d'enseignants, suite de l'article ...
  • 7 mars, L'Université du Tennessee propose d'éliminer environ 800 emplois l'année prochaine du fait de la diminution du financement de l'état. L'université propose également d'augmenter les frais de scolarité et d'alléger les programmes pour décaler le problème. L'administration du gouverneur Phil Bredesen a demandé aux cinq campus, regroupant 46.000 étudiants, d'économiser 66 millions de dollars l'année prochaine, soit environ 14% de leur budget, suite de l'article ...
  • 10 février, L'Université de Washington dit qu'elle devra supprimer 600 emplois du fait du budget proposé par le gouverneur Chris Gregoire, nombre qui pourrait monter à 800 si les parlementaires décident d'une coupe budgétaire plus importante. En réponse à une requète de deux sénateurs de l'état, le président Mark Emmert a répondu en indiquant que ces coupes budgétaires auraient "un impact significatif sur la capacité de l'université à fournir des opportunités académiques de haute qualité pour notre état et sur sa capacité à long terme à créer des emplois afin d'alimenter la croissance économique", suite de l'article ...
  • 8 février, État de Washington, la récession ramène plus d'étudiants vers les community colleges. Le choix d'Elizabeth Hebert, étudiante de première année, de suivre un cursus de quatre ans est soudain devenu trop coûteux. George Haseltine a déjà un diplôme de gestion, mais il a conclu après plusieurs licenciements qu'il avait besoin d'une formation continue. Donc, en milieu d'année scolaire, ils on tous deux atteri à l'Institu Technique du New Hampshire, qui comme beaucoup d'autres community colleges du pays a soudain vu sa population augmenter, suite de l'article ...
  • 3 février, L'Université d'Arizona impose des suppressions de postes. L'Université d'Arizona va éliminer environ 600 emplois d'ici juin du fait de la coupe budgétaire de 57 millions de dollars. En tout, une diminution de 141 millions de dollars touchera le système universitaire de l'état selon le budget signé par le gouverneur Jan Brewer, suite de l'article ...
  • 8 janvier, L'Université d'état de l'Utah (USU) fait face à une perte de budget et à des suppressions d'emplois. L'Université d'état de l'Utah pourrait subir une crise financière pour la première fois de son histoire, selon son président Stan Albrecht. Les législateurs vont examiner deux options. La première impliquerait une diminution de 19% du budget pour toutes les institutions publiques d'enseignement supérieur. Dans ce cas, l'USU perdrait 30 millions de dollars et supprimerait 663 postes en 6 mois. suite de l'article ... Il semblerait que le campus sera fermé du 9 au 13 mars, le personnel étant en "congé obligatoire".

Universités privées

  • 2 mars, l'Université californienne Caltech annonce des licenciements et un gel des embauches. Le système universitaire de Californie est durement touché par la crise économique. L'université américaine Caltech a ainsi annoncé près de 100 licenciements et un gel des embauches pour certains postes encore non occupés. Cet établissement privé tire 30% de ses financements directement des retours sur investissement et des donations. D'autres universités telles que University of Southern California et Stanford University ont également dû se résoudre à prendre des décisions similaires, suite de l'article ...
  • 26 février, L'Université de Miami Middletown (FL) supprime 216 emplois. Afin de pallier un déficit budgétaire de 22 millions de dollars, l'Université de Miami Middletown va supprimer 73 emplois dans ses campus d'Oxford et de Middletown. Le nombre effectif d'emplois supprimés s'élève à 216, mais 143 d'entre eux sont actuellement vacants, du fait du gel des recrutements et des incitations aux départs en retraite, a indiqué le président David Hodge dans un courrier addressé aux enseignants, suite de l'article ...
  • 10 février, Université du Nouveau-Mexique (UNM), le chômage partiel permettra de temporiser les suppressions d'emplois. Le président David Schmidly indique que les personnels qui participent au programme de chômage partiel volontaire permettront à l'UNM d'éviter des suppressions d'emplois, suite de l'article ...
  • 9 février, Tumulte à propos de 70 licenciements d'enseignants à l'Université Clark (Atlanta, Géorgie). Mercredi, une délégation d'enseignants de l'Université Clark d'Atlanta à remis au président Carlton E. Brown une liste de 46 propositions pour économiser sur le budget. L'une proposait de diminuer le salaire de tous les enseignants d'un pourcentage allant jusqu'à 10%. Le lendemain, l'Université a annoncé le licenciement de 100 employés, dont 70 enseignants, suite de l'article ...
  • 8 février, le Centre Médical de l'Université de Chicago pourrait licencier des centaines d'employés. Dans le but d'économiser 100 millions de dollars, le Centre Médical de l'Université de Chicago prévoit des licenciements se chiffrant en centaines. L'Université n'a pas communiqué le nombre final, mais un rapport indique des suppressions à hauteur de 500 à 1000 postes, suite de l'article ...

Royaume Uni

  • 20 mars, L'Université de Leeds fait face à des suppressions d'emplois. Des douzaines d'emplois supprimés et des départements remaniés à l'Université de Leeds du fait de la réduction budgétaire. Quatre enseignants sembleraient être concernés, les sciences biologiques s'attendant à une forte diminution de leurs rentrées budgétaires, suite de l'article ...
  • 17 mars, Les Universités s'orientent vers une augmentation des frais de scolarité. Beaucoup d'universités en Angleterre et au Pays de Galles veulent augmenter considérablement leurs frais de scolarité, selon une enquète de la BBC. Deux tiers des vice-présidents, s'exprimant de façon anonyme, ont dit qu'ils devaient augmenter les frais de scolarité, en suggérant des montants s'échelonnant de 4.000 à 20.000 livres. Plus de la moitié des dirigeants d'universités veulent que les étudiants payent au moins 5.000 livres et qu'il n'y ait plus de limite haute, suite de l'article ...
  • 16 mars, Les Universités vont devoir doubler les frais d'inscription pour atteindre 6.500 livres. Les vice-présidents des Universités veulent plus que doubler les frais de scolarité pour conserver le niveau d'enseignement. Des sources ont indiqué la nuit dernière que le remaniement gouvernemental prévu cette année concluera à la nécessité d'augmenter les frais de scolarité quel que soit le parti emportant les élections, malgré l'avalanche d'avertissements concernant le fait que les études universitaires deviendraient inabordables pour les étudiants les plus pauvres, suite de l'article ...
  • 2 mars, Université de Reading. Le personnel de l'université craint des suppressions de postes, du fait de la décision de fermer un département, d'après ce qu'indique leur syndicat. L'université de Reading recommande de fermer son département "Santé et Assistance Sociale" en 2010, entraînant la disparition de 35 emplois suite de l'article ...
  • 22 janvier, London Metropolitan University. "London Met" pourrait supprimer 500 emplois, selon l'UCU (University and College Union), pour faire face au déficit de 50 millions de livres de son financement. Les syndiqués UCU ont reçu un message leur indiquant qu'entre un cinquième et un septième de tous les postes administratifs pourraient être supprimés pour compenser la diminution de 15 millions de livres du financement de l'université pour 2008-2009, suite de l'article ...

Canada

  • 18 février, L'Université d'Ontario Occidental (UWO) avertit qu'elle supprimera des emplois et augmentera les frais de scolarité. L'UWO envisage des départs anticipés en retraite, des suppressions d'emplois et d'augmenter les frais de scolarité pour pallier la diminution de 41 millions de dollars des ses revenus d'ici 2011, suite de l'article ...
  • 7 février, Les instructeurs à temps-partiel craignent des suppressions d'emplois à l'Université Wilfrid Laurier (WLU). A Waterloo, la panique se répand parmi les enseignants à temps-partiel de WLU qui craignent de perdre leurs emplois. Judy Bates, présidente de l'association des enseignants de WLU, dit qu'elle a reçu une douzaine de coups de téléphone de la part d'instructeurs qui pensent que leurs contrats ne seront pas renouvellés l'année prochaine, suite de l'article ...

Allemagne  nouveau***

DU NOUVEAU A L'EST, CA CHAUFFE

30 universités allemandes occupées. Situation sans précédent historique !

  • Depuis une semaine, l'université de Fribourg est occupé, et bloquée depuis une AG du lundi 16/11, Un étudiant du groupe de travail, Vernetzung nous en dit plus...
  • Plusieurs grands mouvements de protestations prennent forme dans les universités au niveau de l'Europe en Autriche, en Angleterre, en Allemagne, en Italie. Mais aussi en Tunisie en Pologne, en Russie. Le global week of action - education is not for sale est l'une des émanations de ces initiatives communes http://www.emancipating-education-for-all.org
  • Notre camarade de Vernetzung (qui cherche une coalition des universités européennes) à l'intérieur de l'université de Fribourg occupée nous explique au téléphone :
    • On a de plus en de private/public partnerships : c'est à dire des ressources industrielles qui financent les universités. Ca donne à Fribourg des cafés universitaires (équivalent des CROUS), rachetés, renommés par des journaux privés d'économie. L'université de Fribourg donne le contrôle de ces cafés au journal Frankfurter allgemeine." Comme si "Les échos", ou "Challenges" rachetaient des restos universitaires ! "En Allemagne, des amphis portent des noms de chaines de supermarchés. Concept porté par le politique. Mais le rectorat de Fribourg ne veut pas admettre qu'on se dirige vers de plus en plus vers une infiltration des entreprises, on ne peut pas en débattre. Pendant ce temps des nouveaux écrans géants plasma, flambants neufs, font défiler de la pub dans les facs
    • Deuxième grand sujet : la démocratisation dans le système éducatif. En Allemagne, Il n'y a jamais eu de démocratie. Plusieurs problèmes se posent : l'interdiction de faire de la politique de représentation étudiante - seulement les discussions sur les problème sociaux et culturels sont acceptées. "Ca date des années 70, de la RAF, fraction armée rouge, et du spectre qu'elle a représentée. Depuis, les étudiants sont toujours considérés comme des terroristes.On est donc obligé de construire des structures

alternatives qui contournent cet empêchement. La démocratie n'existe pas." Les étudiants allemands n'ont pas de représentation dans les conseils universtaires allemands (Sénats). Mais même ces Sénats sont en train de se faire détruire. Comme dans la LRU française, des entreprises peuvent maintenant siéger dans les conseils. "1/3 d'externes privés siègent dans les Sénats. Et ce sont des entreprises privées qui prennent toutes les décisions depuis quelques mois ! "

  • Autre grand axe de ce mouvement qui nous vient de l'EST, la sélection sociale.
    • 3 sortes d'écoles qui sélectionnent par niveau scolaire en Allemagne
      • Haupt schule (la moins bonne)
      • Real schule (intermédiare)
      • Gymnasium (l'élite)
    • C'est un système de sélection très tôt, à la base. Mais depuis 2 ans il s'ajoute les "couts d'études". Par semestre on a 500 euros de couts d'études en plus des couts semestriels d'inscription de 105 euros. Dans les nombre d'Allemands qui vont à l'université après le bac en cette année 2009, on en trouve 12% en moins issus des milieux populaires. Contre seulement 2 % en moins des classes supérieures.

Dans une carte des mobilisations universitaires réalisée par Vernetzung, seule la France reste étonnement passive devant le phénomène de destruction de l'éducation européen. Il est temps de se réveiller.

Italie

  • 20 mars, Rome: des étudiants privés de manifestation. Le 18 mars dernier, la Confédération générale italienne du travail (CGIL, premier syndicat italien) avait appelé à une manifestation nationale contre les coupes budgétaires qui touchent l'école et l'université. A Rome, cependant, les étudiants de l'université La Sapienza n'ont pu rejoindre le cortège, relate le Corriere della Sera, à cause d'un barrage de police qui les a tout simplement empêchés de sortir de l'université, suite de l'article ...
  • 26 octobre 2008, Manifestations en Italie contre la réforme des universités. Des universités occupées à Turin, Florence et Rome. Berlusconi qui menace de faire intervenir la police. La tension monte contre les réformes du système éducatif et notamment contre une loi qui prévoit la transformation des universités italiennes en fondations privées. La réforme Gelmini, du nom de la ministre de l’Education du gouvernement Berlusconi, passe mal. Elle prévoit des aménagements pour tout le système scolaire italien, suite de l'article ...

Finlande, réforme est en cours

Thanks for the message and declaration. I am glad to notice that you are so brave in France and strongly resisting. I have to tell you that we encounter the same problem here in Finland, but here it may be too late since the Government has made a new law proposal and the leadership of Helsinki University has accepted it. Only now the professors are alarmed and we make a public declaration against this ‘reform’ which is similar by nature as that done in France. We shall have on April 1st a meeting of the Consistorium Maius, i.e. all the professors where this declaration will be signed and then sent to the Parliament which is dealing with the new University law. In this law University becomes a kind of enterprise and we, professors, will no longer be functionaries of the State, but employed by enterprise called University, and students will be our ‘customers’ . There is also one detail: namely according to the new statutes the copyrights of our work, research, will belong to the employer, not to us, which is totally crazy. But I think these ‘reforms’ take place in the all EU, so radical means to resist are needed.

Nouvelle-Zélande

Japon, le mal est fait depuis 2004

Les universités publiques nationales ont été privatisées en 2004, malgré l’opposition massive des enseignants-chercheurs, et la catastrophe prévisible est bien là. Les collègues japonais nous encouragent à résister pour ne pas nous retrouver comme eux. Ils n’ont pas eu notre cran, ne sont pas descendus dans la rue, et n’ont pas proposé un nouveau modèle de manifestation permanente. À lire :

  • « La réforme des universités nationales japonaises » 2004 (format RTF | format PDF)
    • par Christian Galan, Maître de conférences à l'université de Toulouse-le Mirail

Vague européenne - Louvain 2009  (nouveau)***

Vous trouverez sur le site http://www.vagueeuropeenne.fr des informations sur les mobilisations contre le processus de Bologne en Europe et ses équivalents dans le reste du monde. Vous y trouverez aussi les infos concernant le contre-sommet européen du 25 au 29 avril à Bruxelles et Louvain : http://www.louvain2009.com/-Contre-Sommet-

Le compte-rendu du sommet et du contre-sommet par Marc Delepouve

Outils personnels